PRESS OFFICE
LISTING
HomenewsAWARDSabout usContact UsWebsite
about us
Explaining the Africa Brand Summit


Having successfully hosted the Brand Summit South Africa in Cape Town in May 2018, then in Sandton, South Africa, in June 2019, calls have continued to grow for the event's thematic and strategic focus to move faster and address more Pan-African issues, instead of just one country. Destination perception issues at country-level also reappear at continental level, at home and abroad, and inform attitudes about individual countries and the entire African continent.

Ultimately, perceptions inform investor sentiments and attitudes. They can make or break any destination's success in generating goodwill, which is the basis for positive engagements with the outside world.

Individual countries in Africa and the continent at a broad level continue to fail using all of their resources and potential to benefit African economic development and to position the continent as net exporter of food crops, a magnet for key and rare global skills, a magnet for foreign tertiary students seeking quality higher education whose credentials are respected around the world, as well as a magnet for lucrative foreign exchange earning business in Meetings, Incentives, Conferences, and Events.

African leaders must also work harder at creating an enabling environment for cross-country and regional business; growth of the agrarian economy, seamless movement of goods and skills, as well as business friendly customs regimes where companies, especially established brands that work across various borders, do not get subjected to unnecessary red tape.


Project Context

In the minds of millions of people around the world, especially those who have never been to Africa, perceptions about Africa tend to be negative, on the whole. Immediate associations with Africa/ being African, often stereotypically reference poverty, corruption, laziness, maladies, backwardness, archaic traditional systems, mores that stand in the way of modernity, etc. Such perceptions often work against all efforts to promote Africa as a place to do business, to go for tertiary studies, etc. In the end, they impede Africa's full integration into the world economy on an equal footing, as a place of new knowledge creation and innovation beyond it being a mere source of natural resources for more developed economies.

Since the Africa Brand Summit proposes to become a respected platform for frank, politically unaligned, conversations - a place where Africans get to look into the mirror and acknowledge their own role in Africa's perennially negative image - some people might find it to be an uncomfortable platform to participate in.

To date, we have managed to attract the participation of highly respected, ethical, and inspirational leaders in the public service, private business, civil society, media, etc. to speak at the summit. They have come from South Africa, Namibia, Nigeria, Ethiopia, Benin, Cameroon, Ghana, USA, Burkina Faso, Finland, Russia, Hungary, India, the UK, Switzerland, Portugal, Bulgaria, etc. Their impact, individually and collectively, has raised the bar for us. We intend to keep it that way.


Justification for the project
  • Individual countries in Africa, and throughout the continent as a whole, continue to suffer from perceptions, at home and around the world, that work against the continent's need to generate global esteem and respect;

  • As a result of the generally negative perceptions of Africa and what it means to be African, Africans tend to be negatively profiled and treated with suspicion when they 1) Go through customs/passport control around the world; 2) Enter restaurants, stores, business meetings, etc.; 3) Apply for or arrive at new professional appointments, as they get assumed to be incompetent/potential criminals until they prove themselves otherwise, even when they possess respected academic qualifications and are experienced in their field of expertise.

  • To initiate, facilitate and host frank, pan-African, conversations about the current image of Africa (continent's brand image) and how it impacts perceptions, goodwill and, eventually, socio-economic development.

  • AND to eventually establish an Africa-based global destination image 'research and advisory service' to provide globally applicable best practice in destination branding, positioning, and destination reputation management. The service's approach will aim to be 80% proactive and 20% curative, helping countries understand possible reputational ramifications of new policy proposals before they are adopted (80%). There will also be crisis recovery advisory services on how best to manage 'in crisis' and 'post-crisis' communication.

The Approach: summary
  • The Africa Brand Summit is a lot more than an annual event where people come and exchange ideas, network, and then go back home. Deliberations at each annual event will be underpinned by research on the current and evolving image/reputational status of Africa, globally, with selective country and regional deep dives.

  • The discussions will therefore ask:

    • What is the current reputation/image of Africa as a whole, each of its five regions, and of select influencer countries?

    • How does such an image /reputation influence attitudes in Africa and across the world?

    • What are the key drivers/ influencers of such an image/reputation?

    • What must be done to augment/enhance the positive aspects and to progressively eliminate the negative ones?

    • What recommendations will be made for policy makers and other leaders in politics, corporate/business, civil society, media, etc. to get them to understand their respective roles and, eventually, get them to play their part in generating, through their conduct, a progressively positive image of Africa, on the whole, and render it more attractive and hospitable for key skills (including those of expatriate Africans across the globe), (business) tourists, investors, global corporations, multilateral organisations, etc.?

Conclusion

This annual event would not have come as far as it has without the support of partners in business, government, civil society, academia, local and international sector and professional bodies, media, and other sectors of society.

The Africa Brand Summit is more than just an annual talk shop. It has already been cited on several occasions as a body urging government in South Africa to begin speaking in one voice and come up with clear political and economic policies. It will continue to reach out to African policy influencers and legislators in order to positively engage them with a view to influencing their policy decisions for the benefit of Africa.

The bias of the summit's programmatic content will always start at local level, with its successive host countries, followed by their regions, then the whole continent. For global benchmarking, speakers and panellists will come from across the globe.

Reliable, tested scientific research will always be at the core of our deliberations.

Our sponsoring partners will always benefit from opportunities for brand exposure, networking with key decision makers in their and other related fields, as well as opportunities to influence policy decision-making through the platforms created by the summit.

Compiled by
Solly MOENG
Founder & Convenor: The Africa Brand Summit





Pour mieux comprendre le Sommet sur la Marque de l'Afrique
Le Africa Brand Summit


Après le succès des deux éditions du Brand Summit South Africa - la première au Cap en mai 2018, la deuxième en 2019 à Sandton (Johannesburg)-, de nombreuses voix se sont élevées pour demander que la thématique du Sommet soit étendue à l'ensemble de l'Afrique.

Tant il est vrai que les problèmes de réputation d'un pays rejaillissent sur tout le continent, en Afrique comme à l'étranger.

Il est clair que les perceptions de l'Afrique conditionnent les dispositions et les comportements des investisseurs. Elles peuvent faire ou défaire le succès de n'importe quelle destination, et générent de la bonne volonté; qui constitue sans nul doute la base d'un engagement positif avec le monde extérieur.

Les pays africains et l'ensemble du continent africain ne parviennent toujours pas à mobiliser leurs ressources et leurs potentiels au profit du développement économique. Il est clair qu'ils échouent à présenter le continent comme un exportateur net de produits agricoles, ou comme un aimant pour les étudiants en quête d'une formation universitaire d'excellence reconnue universellement.

Ou enfin comme un pôle d'attraction pour des Conférences, des Rencontres, des Evénements internationaux capables de générer de fructueux échanges commerciaux et des rentrées de devises.

Les leaders africains doivent donc s'efforcer de créer des conditions favorables aux échanges commerciaux entre les pays au sein du continent, à la croissance des économies rurales, et à la fluidité des mouvements de biens et de personnes. Pour les sociétés privées, et surtout pour les plus reconnues pratiquant un commerce transnational, les gouvernements africains devraient veiller à établir des régimes douaniers simplifiés évitant d'inutiles tracas bureaucratiques.


Le Contexte

Dans l'esprit de millions de personnes dans le monde, et particulièrement chez celles qui ne sont jamais allées en Afrique, la perception du monde africain est souvent négative.

L'Afrique et l'africanité sont trop souvent associées à la pauvreté, la corruption, l'indolence, aux maladies, aux modèles économiques archaïques et aux traditions freinant la modernité. Autant d'obstacles à une perception positive du continent, comme lieu propice au business, aux études universitaires.

De telles appréhensions ruinent en fait les efforts faits pour promouvoir l'Afrique et empêchent l'intégration complète du continent à l'économie globale. Surtout, elles perpétuent l'image d'une Afrique riche uniquement de ses matières premières en occultant son potentiel d'innovation et de création.

Dans la mesure où le Africa Brand Summit se propose d'être une plate-forme pour des échanges francs, libres et indépendants, un lieu où les Africains eux-mêmes sont invités à se regarder dans un miroir et à considérer leur part de responsabilité, certains peuvent se sentir mal à l'aise et être tentés de ne pas participer à ce Sommet.

Pourtant, à ce jour, nous sommes parvenus à convaincre et à attirer des experts et des conférenciers du monde entier venus de l'Afrique du Sud, du Nigeria, de la Namibie, de France, de la Russie, des Etats-Unis, du Cameroun, du Canada, de la Finlande, du Benin, de l'Ethiopie, d'Inde, de Suisse, de la Bulgarie, de la Grande Bretagne, de la Hongrie, etc.

Conjointement, des dirigeants hautement respectés, des figures pleines d'inspiration et de valeur morale venant des secteurs public et privé, de la société civile, aux médias, etc., ont pris la parole lors du Sommet.

Leur impact individuel et collectif a évidemment placé la barre très haut pour nous. Nous avons l'intention de continuer dans ce sens


Justification du projet
  • Les différents pays africains et le continent dans son ensemble continuent de souffrir, chez eux comme dans le monde, de préjugés qui entament leur amour-propre, leur bonne réputation et leur besoin de respect.

  • En raison de ces préjugés vis-à-vis de l'Afrique et de l'africanité (le fait d'être africain), les Africains eux-mêmes ont tendance à être identifiés négativement et à être traités avec suspicion lorsqu'ils 1) passent le contrôle des douanes/passeports dans le monde entier; 2) entrent dans les restaurants, magasins de haute gamme, réunions d'affaires, etc. 3) sont considérés incompétents jusqu'à ce qu'ils prouvent le contraire, même s'ils possèdent des qualifications universitaires respectées et sont expérimentés dans leur métier.

  • Le propos est donc d'initier, d'animer et d'organiser des discussions panafricaines franches sur l'image actuelle de l'Afrique (image de marque du continent) et son incidence sur les perceptions/préjugés, la bonne volonté et, éventuellement, le développement socio-économique.

  • Cela pour permettre, à terme, d'établir un «service de recherche et de conseil» basé en Afrique destiné à fournir les meilleurs outils et le meilleur positionnement pour améliorer l'image et la réputation de villes, de régions ou de pays africains.

  • L'approche du service visera à être préventive à 80% et à 20% curative, en aidant les villes, les régions, et les pays demandeurs à comprendre les ramifications possibles entre la réputation et de nouvelles politiques en amont de leur adoption (80%). Des services consultatifs seront également proposés pour gérer les situations de crise et pour soigner la réputation en situation de « post-crise. »

Synthèse

Le Sommet Africa Brand Summit est bien plus qu'un événement annuel au cours duquel les gens viennent échanger des idées puis rentrent chez eux. Les délibérations de chaque Sommet annuel s'appuieront sur des enquêtes menées à propos de l'image et de la réputation de l'Afrique, de leur évolution ainsi que sur un certain nombre de moteurs économiques et politiques régionaux clés.

Les discussions vont donc s'interroger sur les points suivants:
  • Quelle est l'image/la réputation actuelle de l'Afrique/de ses cinq régions/des principaux pays africains?

  • Dans quelle mesure une telle image/ réputation influence-t-elle les comportements en Afrique et dans le monde?

  • Quels sont les principaux moteurs/influenceurs d'une telle image/réputation?

  • Que faut-il faire pour augmenter/améliorer les aspects positifs et éliminer progressivement les aspects négatifs?

  • Quelles recommandations peut-on formuler à l'intention des décideurs et d'autres dirigeants politiques, ceux des entreprises, de la société civile, des médias, etc., afin de les amener à comprendre leurs rôles respectifs dans l'édification d'une image positive de l'Afrique,

    A comprendre comment on peut rendre cette image plus attrayante et plus accueillante pour les compétences: celles de la diaspora africaine expatriée dans le monde, des touristes, des investisseurs, des grandes entreprises et des organisations multilatérales, etc.


Conclusion

Cet événement annuel n'aurait jamais connu un tel retentissement sans le soutien de nombreux partenaires venus du monde des affaires, des pouvoirs publics, de la société civile, du monde universitaire, des médias, et d'associations locales comme internationales.

Comme indiqué ci-dessus, le Africa Brand Summit est bien plus qu'un forum annuel de discussion. A plusieurs reprises, il a été cité en tant qu'organisme exhortant le gouvernement sud-africain à parler d'une seule voix et à dévélopper une politique politique et économique claire. Plus largement, le Sommet continuera à tendre la main aux décideurs africains pour les inciter à s'engager positivement en faveur de l'Afrique.

Son programme thématique continuera d'inviter des intervenants et des panélistes du monde entier capables d'exposer leurs points de vue sur les problèmes de l'Afrique, de les mesurer et les comparer à ceux des autres pays africains et du reste du monde.

Des recherches scientifiques fiables et éprouvées seront toujours privilégiées pour étayer nos délibérations.

Le Africa Brand Summit permet aussi à nos partenaires d'exposer leur projet d'entreprise et de développer un network avec de grands décideurs-clé internationaux et africains dans leur domaine d'expertise et bien au-delà.

Il sera également l'occasion pour eux de jouer un rôle prépondérant dans les processus de décision à travers des différentes plates-formes du Sommet.
Pour nos partenaires, ce sera toujours l'occasion d'exposer leur marque et leur vision d'entreprise, de développer un réseautage avec les décideurs clés de leur secteur et d'autres secteurs connexes, ainsi que d'influencer la prise de décision politique par le biais des plates-formes créées par le sommet.

Par:
Solly MOENG
Responsable et Fondateur du Africa Brand Summit